Tuesday, April 9, 2013

The Trial of Gregoire Perra

Le-palais-de-justice-de-ParisGregoire Perra is on trial for speaking freely about his experience with Waldorf and Anthroposophy.  Below is the Bing translation of a blog he posted and removed on advise of his attorney.  It describes the first day of the trial.   


A few moments anthology a trial

Moments anthology trial (Small skits quasi-fictional, or how Anthroposophy turns publicly Comedy) Any resemblance is purely coincidental specific facts: it does not seek to give an account of an event but is a work of fiction. The President of the Tribunal: Miss X, you are a former student SW, what you find defamatory testimony of Gregory Perra? Miss X. : It is a tissue of lies and vile errors on schools SW! The Chairman: Yes, but what exactly did you find passages defamatory? Miss X. : I do not know, I did not read, I have just been flying ... **** The President of the Tribunal: Miss X, you are a former student SW, how critical do you think of your school? Miss X. : Since I left school, I really took my distance from it all! The Chairman: And what do you do now? X. miss. Uh, I did my training at the Institute of Pedagogy SW and I am now working in a nursery parental SW ... ****

My lawyer: Miss X, you were the wife of Gregory Perra, how do you explain that he wrote this testimony SW schools? Miss X. : In my opinion this is a revenge due to the fact that he had to leave school P. At first he was angry at the school, then it was extended to all schools and schools in the Federation and any anthroposophy! My lawyer: But when you were together, you remember that Gregory Perra working with people like Mr. A., President of the A. Company, and Mrs. B, a director of the Federation? Miss X. Yes, I remember that he had worked with them to write reports. It took her a long time. My lawyer: And it does not seem strange that Gregory Perra has collaborated extensively with people and institutions that you claim he hated them at the time? Miss X. : Uh ...................................... (Prolonged silence of 30 seconds). Yes, but he's a very naughty, in fact it was he who pushed hard for me to do my training at the Institute! My lawyer: And it either, it does not seem contradictory to what you're saying? Miss X. : Uh ....... ****

Mrs. Y. I am a school teacher in SW South of France, in which we have developed an original and profoundly innovative apprenticeship training. We are at the heart of modernity! We work in partnership with over 200 businesses tips, including CNRS ! This is proof that our students SW fit perfectly with the company! My lawyer: But actually, what they do your students when they are learning for more than six months a year in business at the age of 15 years? Mrs. Y. Ben ... they do internships in garages or bakeries .... **** My lawyer Mr X, you Secretary General of the Federation of Schools SW, are you anthroposophy? M.X. : I am not a member of Company A. My lawyer was not my question! You can vote for a political party without necessarily being a member. M.X. : Uh yeah, I'm anthroposophical ... My lawyer: What is the role of anthroposophy in SW schools? M.X. : This is the source of inspiration for all our pedagogy. Without anthroposophy, there would be no teaching SW! My lawyer: It's funny, this is exactly what Grégoire Perra also said in his testimony, and you make him a trial! **** Intermission: A anthroposophical the emaciated figure, the angular face like a knife, tried several times to shoot me in the eye, but its firing repeatedly fall into the void. He raged and recharge immediately. At times, it may stop to relax in its absolute moral certainty, as one would refuel a petrol station. Sometimes only a slight doubt seems to attack: the terror of seeing a modern child's toy that had gone astray in open court (you never know with all the tourists!) Weakens internally. **** 120216044356390119447540 My lawyer: Madame X, you loved school principal SW, could you tell me if, in your school, we teach students in Anthroposophy Philosophy course, since you say that Anthroposophy is a philosophy as other? Madame X. : I do not know that I can not answer you, I have not learned by heart what to say here! **** My lawyer: Madame X, can you describe your activity in school SW? Madame X. Yes, I am a teacher in 6th grade, third and fourth, and Director of Middle and Upper School. My lawyer: You mean you teach three levels of different students and in addition to this you are Director of Middle and Upper School?? Madame X. : Uh, yes, but it is a small structure you know ... My lawyer: How many students? Madame X. 300, we are the most important school of SW France. **** Counsel for the plaintiff: Madame X, the testimony of Gregory Perra refers to the binding of a professor of physics and chemistry with one of his students. Did you know that? Madame X. : I have been informed that after the teacher in question had left school. If I had known at the time of the facts, no doubt he would have taken the door! My lawyer However, two testimonies of former students, the record, say that the whole school knew. Madame X. : Well I did not know! My lawyer: You do not seem to know much about what is happening in your school Madam Director! It's a little easier to come today that you were not aware! Especially since the only testimony did not mention if this teacher, but this teacher inviting students to "come home to sleep and enjoy the pool!" **** Counsel for the plaintiff (emphasis added): the text of Gregory Perra is a pamphlet, a firebrand, a cloth that any vindictive in pedagogy SW would be bad, corrupt and despicable! This is written without nuance, fed animosity incredible! My lawyer: Really? Yet Gregory Perra posted in this "pamphlet", "many students enjoy being enrolled in these schools. And many teachers flourish there - still - in their teaching practice. I would be lying if we did not recognize [...] "A little later:" [...] some pedagogical innovations effectively promote the free thinking students. I think this is partly due to the methods of learning to read and calculate, how to approach science through experience and not pure theory. " Or again: "[...] For my part, I know that much of my suitability analysis comes from some educational elements which I have received at the SW School where I did my schooling [... ]. " Or again: "[...] it is important to note that all of the practices that I have described does not lead to a massive indoctrination of students immersed in this teaching. Few of them will become, as in my case, a member of the Anthroposophical Society [...] " Not surprising as about, from someone who is supposed to see the absolute evil in this teaching, do not you think?! **** The President of the Tribunal: Mr. Perra, could you define what anthroposophy? Me: Yes, it is an esoteric doctrine, mystical and Gnostic summarizes a large number of beliefs. The Chairman: What beliefs? Me: There are many. But the main ones are the belief in reincarnation, the fact that Christ descended from the Sun, the Gnomes and the fact that Adam, the ancestor of all living beings, Medusa was floating in the albumin when the Earth was still in the liquid state. President:? Me: And also that the Earth is reborn. It has already reincarnated four times. As for Buddha, he was reincarnated on Mars. President:??????????? But what is the link with education S.W? Me: Steiner claimed to have discovered a method to become clairvoyant. He could see the Gods and communicate with them. Suddenly his pedagogy is a revelation which would have come from the gods. President:???????????????????????????? (Gros unease among anthroposophic in the room) **** Second Assessor: Mr. Perra, how did you feel when you learned that the Federation suing you for your testimony? Me: This is information that I have from 1 September 2011. In fact, yesterday, a friend who was a professor at the School of SW V. call me saying: "You know what Grégoire, you're in the agenda of the First Quorum of the season: The article by Gregory Perra, view of the Federation." I asked him to remember the next day to tell me what would be said. What she did: "Gregory was simply amazing: the President of the Federation defended your testimony to all teachers! She said that you were right on many points, that we should examine our practices and our relationship to anthroposophy, because we are not under it all clear on this subject, in particular we appeal to parents. Which has boosted the hardline anthroposophical teacher you know well, you know the one always dresses with skirts and odd mismatched. They almost got gut! President even said that we should not call your writing a pamphlet, because it was an honest reflection which reflected the depths of your mind . But it also said it would give you a trial and that everything must be done to stifle its distribution. She said today they adopted the opposite strategy than they had adopted in 2000, namely to make the least possible noise around this issue so that parents are not too familiar with. " I thanked him and is recommended especially not mention his relationship with me, if they could hurt him. A few days later, I received in my mailbox an anonymous envelope containing a letter from the Secretary General of the Federation, addressed to all teachers of SW France, in which I could read their intention to give me a trial, but also: "Perra Gregory raises important questions, it is not the first to do so. I suggest that we take the time to work without dramatizing, once mastered the unallocated public consequences of his act." What a contrast with the letter of the President of the Federation to UNADFI, who came to me the same day, calling my writing "pamphlet!" What I felt then, is simply the moral sadness for that person who was my teacher at school SW, and training at the Institute, which supported me in difficult times 2007, which I still have a warm greeting card for 2008 signed by his hand and kind word she sent me on this occasion, accompanied by the Director of the Institute. How can we be so internally divided as to defend my testimony internally but let me at the same time a public trial? ****

The debate is now closed. Counsel for the plaintiff has completed his argument. I feel deep shame with respect to the strategy of demonizing and insulting my person was chosen to try to convict me. So that's where they are. That's what they are capable of. After that how will they be able to watch one day calmly in a mirror, unless you do not really see? And how can they avoid now be compared with those with whom they do not exactly want to be compared, since they use the same methods? When the lawyer, who has been relaying this tactic, he knows he has nothing to fear immunity gives him the right to say anything, to cover insults and indignities totally unjustified that he wants during a trial without any accountability to the law. His courage and the weight of his words here thus measure the risk it takes, that is to say no. Normally, this should be the turn of my lawyer speak. In this type of trial for cases involving defamation, it is indeed extremely rare Attorney General to speak. You can also call the prosecutor. It is by the French State. This day, however, coup de theater: he spoke on behalf of the French Justice. Argument of the Attorney General: The charge is based on a reading of the testimony of Gregory Perra to isolate certain words or certain passages out of the context. We can not do this! The Court will base its judgment on an exhaustive reading the text in question. When Jacques Guyard was released in 2000, his accusations against Anthroposophy Schools and SW were far more serious than Mr. Perra today. They presented themselves as the findings of a survey, while writing Mr. Perra is undoubtedly a testimony clearly identifiable as coming from an opinion and a point of view necessarily subjective. There is no trace of personal animosity. The testimony is signed, the author did not attempt to conceal. The indictment alleges that the UNADFI would also publish positive testimonials on these schools if satisfied alumni came to find, but this is a denial of the fundamental right to express an opinion newspaper! In addition, the publication of a right of reply, where the Federation had the opportunity to express themselves, it has not been denied. Probably SW schools, being dismissed of their complaint, and will begin to learn what the law of contradiction! **** He is 20h. The rays of the sun through the windows of the 17th Criminal Chamber of Paris and illuminate the woodwork this solemn place, in the center of the prestigious Palais de Justice in Paris, at the heart of the capital of freedom. With a voice that evokes the powerful roar of a lion, my lawyer begins his argument: "Ladies and gentlemen, today we had SCOOP! Pedagogy SW is linked to Anthroposophy!! Look everywhere you can, in all the laudatory articles published on these schools, on the site of the Federation of SW schools, you will never find this information! And today is Mr. X., Secretary General of the Federation, which teaches us, I quote: "Anthroposophy is the source which inspired the Waldorf pedagogy." Incredible! But why do you say never?! Why did not you write? Are you ashamed to say publicly that your education is based on a doctrine that Christ fell from the Sun?! All we ask is the right to publish such information. Because if a parent considering enrolling their children in such schools, where he found the information that this pedagogy is linked to a mystic can only be described as "smoky"? On the website of the Federation? No! In one of the many laudatory article published almost every week in Provence, still under the pen of the same journalist? No more. But now there's article Gregory Perra. It does not say it is wrong, do not go. It expresses an opinion that is not that of the Federation. After the parent is free to choose! That's the democratic debate! That is the right to information and contradiction! And if this question of education is not part of the public debate, then we just have to speak only of rain and the weather. Here at least we will all agree! Federation UNADFI criticized for not having done serious investigation ahead of the publication of this testimony. But what more serious investigation could we make than the Anthroposophical Society in France, which in its issue of the News of the SAF June-July 2010, has provided its members Perra Gregory's article entitled "The Anthroposophical environment: a animalisation the life of the mind" in which the author develops ideas on exactly the SW schools that will in his testimony published on the site UNADFI???! In fact, serious investigation, it is the plaintiff who herself made and validated publicly about Gregory Perra! How can we blame then come UNADFI publish statements that have been previously reported in the press officials Anhroposophie?! The Federation did not at the time, no complaint for defamation against the Anthroposophical Society as I know? So why does it when the same about Mr. Perra appear on the site UNADFI? I confess that I itched to seek condemnation of the Federation for abuse of process. But let's be fair play: you will be rejected, and we will stay there. **** The trial is now complete. Beyond the comic situations, I am seized with amazement and I wonder. Do not they realize that account every time they open their mouth and take a step into the light, their internal contradictions and infighting them explode in the face and obvious to all? It would be better for them to stay in the shadows! It would have been better for them not to initiate the lawsuit also borked immoral! They measure all the consequences of their actions? They imagine those looming? How could they be so misguided?! How could they be so blindly confident?! Are they aware that the image they gave of themselves is much worse than my article denounced? Know who were present that day in the audience? Now, some people will have to continue their way of life with the lies that they will may be required to produce at the helm, and / or to which they are satisfied themselves for the cause of these schools. And this weight will be heavy to carry! Do they not seriously the notion of karma, which is nevertheless the heart of their doctrine?

Original French:

Quelques moments d'anthologie d'un procès
(Petites scénettes quasi-fictives, ou comment l'Anthroposophie vire publiquement à la Comédie)
Toute ressemblance avec des faits précis serait purement fortuite : ce texte ne cherche pas à rendre compte d'un événement mais est une œuvre de fiction.
  • Le Président du Tribunal : Mademoiselle X., vous êtes une ancienne élève S.W., qu'avez-vous trouvé de diffamatoire dans le témoignage de Grégoire Perra ?
  • Mademoiselle X. : Tout, c'est un tissus de mensonges et d'erreurs ignobles sur les écoles S.W. !
  • Le Président : Oui, mais quels passages précisément vous ont semblé diffamatoires ?
  • Mademoiselle X. : Je ne sais pas, je ne l'ai pas lu, je n'ai fais que le survoler...
  • Le Président du Tribunal : Mademoiselle X., vous êtes une ancienne élève S.W., quel regard critique portez-vous sur votre scolarité ?
  • Mademoiselle X. : Depuis ma sortie de l'école, j'ai vraiment pris mes distances par rapport à tout ça !!!
  • Le Président : Et que faites-vous maintenant ?
  • Mademoiselle X.. : Euh, j'ai fait ma formation à l'Institut de Pédagogie S.W. et je travaille maintenant dans une crèche parentale S.W. …
  • Mon avocat : Mademoiselle X., vous étiez la compagne de Grégoire Perra, comment expliquez-vous qu'il ait écris ce témoignage sur les écoles S.W. ?
  • Mademoiselle X. : A mon avis c'est une vengeance due au fait qu'il a du partir de l'école P. Au début il en a voulu à cette école, puis cela s'est élargi à toutes les écoles, puis à la Fédération des écoles, puis à toute l'anthroposophie !
  • Mon avocat : Mais quand vous étiez ensemble, vous vous souvenez que Grégoire Perra collaborait avec des gens comme Monsieur A., Président de la Société A., et Madame B, administratrice de la Fédération ?
  • Mademoiselle X. : Oui, je me souviens qu'il avait travaillé avec eux pour rédiger des rapports. Cela lui prenait beaucoup de temps.
  • Mon avocat : Et ça ne vous semble pas étrange que Grégoire Perra ait collaboré intensément avec des gens et des institutions dont vous affirmez qu'il les détestait à l'époque ?
  • Mademoiselle X. : Euh...................................... (silence prolongé de 30 secondes). Oui mais c'est quelqu'un de très méchant, d'ailleurs c'est lui qui a beaucoup insisté pour que je fasse ma formation à l'Institut !!!
  • Mon avocat : Et ça non plus, ça ne vous semble pas contradictoire avec ce que vous affirmez ?
  • Mademoiselle X. : Euh.......
  • Madame Y. : Je suis professeur dans une école S.W. du Sud de la France, dans laquelle nous avons développé une formule originale et profondément innovante de formation par apprentissage. Nous sommes au cœur de la modernité ! Nous travaillons en partenariat avec plus de 200 entreprises de pointes, dont le C.N.R.S. ! C'est bien la preuve que nos élèves S.W. s’intègrent parfaitement à la société !
  • Mon avocat : Mais concrètement, qu'est-ce qu'ils font vos élèves quand ils sont en apprentissage pendant plus de six mois dans l'année dans une entreprise, à l'âge de 15 ans ?
  • Madame Y. : Ben... ils font des stages dans des garages ou des boulangeries....
  • Mon avocat : Monsieur X., vous êtes Secrétaire Général de la Fédération des Ecoles S.W., êtes-vous anthroposophe ?
  • M.X. : Je ne suis pas membre de la Société A.
  • Mon avocat : ce n'était pas ma question ! On peut voter pour un Parti politique sans nécessairement en être membre.
  • M.X. : Euh oui, je suis anthroposophe...
  • Mon avocat : Quel rôle joue l'anthroposophie dans les écoles S.W ?
  • M.X. : C'est la source d'inspiration de toute notre pédagogie. Sans l'anthroposophie, il n'y aurait pas de pédagogie S.W. !
  • Mon avocat : C'est drôle, c'est exactement ce que dit aussi Grégoire Perra dans son témoignage, et vous lui faites un procès !
Entracte : Un anthroposophe à la silhouette émaciée, le visage anguleux comme un couteau, tente à plusieurs reprises de me fusiller du regard, mais ses tirs à répétition tombent dans le vide. Il enrage et recharge aussitôt. Par moments, il s'interrompe pour se ressourcer dans ses certitudes morales absolues, comme on ferait le plein à une station d'essence. Parfois seulement, un léger doute semble l'assaillir : la terreur d'apercevoir un jouet pour enfant moderne, qui se serait égaré en plein tribunal (sait-on jamais avec tous ses touristes !), le fragilise intérieurement.
  • Mon avocat : Madame X, vous êtres directrice d'une école S.W., pourriez-vous me dire si, dans votre établissement, on enseigne l'Anthroposophie aux élèves en cours de Philosophie, puisque vous dites que l'Anthroposophie est une philosophie comme les autres ?
  • Madame X. : ça je ne sais pas, je ne peux pas vous répondre, je n'ai pas appris par cœur ce qu'il fallait dire là !
  • Mon avocat : Madame X., pouvez-vous nous décrire votre activité au sein de l'école S.W. ?
  • Madame X. : oui, je suis professeur en classe de 6ème, 4ème et 3ème, et directrice du Collège et du Lycée.
  • Mon avocat : Vous voulez dire que vous enseignez à trois niveaux d'élèves différents et qu'en plus de cela vous êtes Directrice du Collège et du Lycée ??
  • Madame X. : Euh oui, mais c'est une petite structure vous savez...
  • Mon avocat : Combien d'élèves ?
  • Madame X. : 300, nous sommes la plus importantes école S.W. de France.
  • L'avocat de la partie civile : Madame X., le témoignage de Grégoire Perra fait mention de la liaison d'un professeur de Physique-Chimie avec l'une de ses élèves. Avez-vous eu connaissance de ce fait ?
  • Madame X. : Je n'en ai eu connaissance qu'après que le professeur en question avait quitté l'école. Si je l'avais su à l'époque des faits, nul doute qu'il aurait du prendre la porte !
  • Mon avocat : Pourtant, deux témoignages d'anciens élèves, versés au dossier, affirment que toute l'école était au courant.
  • Madame X. : Eh bien moi je n'en savais rien !
  • Mon avocat : Vous ne semblez pas savoir grand chose de ce qui se passe dans votre école Madame la Directrice ! C'est un peu facile de venir dire aujourd'hui que vous n'étiez pas au courant ! D'autant que les témoignages ne mentionnent pas seulement le cas de ce professeur, mais aussi de cette enseignante invitant ses élèves à "venir dormir chez elle et profiter de sa piscine" !
  • L'avocat de la partie civile (avec emphase) : ce texte de Grégoire Perra est un pamphlet, un brûlot, un torchon vindicatif selon lequel tout dans la pédagogie S.W. serait mauvais, corrompu et abject !! C'est un écrit sans nuance, nourri d'une animosité inouïe !!
  • Mon avocat : Ah bon ? Pourtant Grégoire Perra écrit dans ce "pamphlet" : « de nombreux élèves prennent plaisir à être scolarisés dans ces écoles. Et de nombreux enseignants s’y épanouissent – malgré tout – dans leur pratique enseignante. Ce serait mentir que de ne pas le reconnaître […] » Un peu plus loin : « […] certaines innovations pédagogiques favorisent effectivement le raisonnement libre des élèves. Je pense que cela est dû notamment aux méthodes d’apprentissage de la lecture et du calcul, à la manière d’aborder les sciences par le biais de l’expérience et non de la pure théorie ». Ou encore : « […] pour ma part, je sais bien qu’une grande partie de ma pertinence d’analyse provient de certains éléments pédagogiques dont j’ai pu bénéficier dans l’École S.W. où j’ai effectué ma scolarité […] ». Ou encore : « […] il est essentiel de souligner que l’ensemble des pratiques que je viens de décrire ne conduit nullement à un endoctrinement massif des élèves immergés dans cette pédagogie. Peu d’entre eux deviendront, comme ce fut mon cas, membre de la Société Anthroposophique […] »
    Étonnant non comme propos, de la part de quelqu'un qui est sensé voir le mal absolu dans cette pédagogie, vous ne trouvez pas ?!
  • Le Président du Tribunal : M. Perra, pourriez-vous nous définir ce qu'est l'anthroposophie ?
  • Moi : Oui, il s'agit d'une doctrine ésotérique, mystique et gnostique qui synthétise un grand nombres de croyances.
  • Le Président : quelles croyances ?
  • Moi : Il y en a un grand nombre. Mais les principales sont la croyance en la réincarnation, au fait que le Christ soit descendu du Soleil, aux Gnomes et au fait qu'Adam, l'ancêtre de tous les êtres vivants, était une Méduse qui flottait dans l'albumine quand la Terre était encore à l'état liquide.
  • Le Président : ??
  • Moi : Et aussi que la Terre également se réincarne. Elle s'est déjà réincarné quatre fois. Quant au Bouddha, il s'est réincarné sur Mars.
  • Le Président : ???????????? Mais quel est le lien avec la pédagogie S.W ?
  • Moi : Steiner prétendait avoir découvert une méthode pour devenir clairvoyant. Il pouvait voir les Dieux et communiquer avec eux. Du coup sa pédagogie est une Révélation qui lui serait venue des Dieux.
  • Le Président : ?????????????????????????????   (Gros malaise chez les anthroposophes présents dans la salle)
  • Le deuxième Assesseur : M. Perra, qu'avez-vous ressenti lorsque vous avez appris que la Fédération vous intentait un procès pour votre témoignage ?
  • Moi : Il s'agit d'une information que je possède depuis le 1er septembre 2011. En effet, la veille, une amie qui était professeur à l'école S.W. de V. me téléphone en me disant : "Tu sais quoi Grégoire, tu es à l'ordre du jour du premier collège de la rentrée : L'article de Grégoire Perra, point de vue de la Fédération". Je lui ai demandé de me rappeler le lendemain pour me raconter ce qui se serait dit. Ce qu'elle fit : "Grégoire, c'était tout simplement incroyable : la Présidente de la Fédération a défendu ton témoignage devant tous les professeurs ! Elle a dit que tu avais raison sur de nombreux points, que nous devions nous interroger sur nos pratiques et sur notre rapport à l'anthroposophie, car nous ne sommes selon elle pas clairs du tout sur ce sujet, notamment nous nous adressons aux parents. Ce qui a fait bondir la pédagogue anthroposophe pure et dure que tu connais bien, tu sais celle qui s'habille toujours avec des jupes bizarres et mal assorties. Elles ont faillit s'étriper ! La Présidente a même dit qu'il ne fallait pas appeler ton écrit un pamphlet, car c'était une réflexion honnête qui traduisait le fond de ta pensée. Mais elle a aussi dit qu'il faudrait te faire un procès et que tout devait être mis en œuvre pour étouffer sa diffusion. Elle a précisé qu'ils adoptaient aujourd'hui la stratégie inverse de celle qu'ils avaient adopté en 2000, à savoir de faire le moins de bruit possible autour de cette affaire pour que les parents ne soient pas trop au courant." Je l'ai remercié et lui ait recommandé de ne surtout pas mentionner son lien avec moi, sinon ils pourraient lui faire du mal. Quelques jours plus tard, je recevais dans ma boîte aux lettres une enveloppe anonyme contenant une lettre du Secrétaire Général de la Fédération, adressée à tous les professeurs S.W. de France, dans lequel je pouvais lire leur intention de me faire un procès, mais aussi : "Grégoire Perra pose des questions importantes, il n'est pas le premier à le faire. Je suggère que nous prenions le temps d'y travailler sans dramatiser, une fois qu'auront été maîtrisées les conséquences publiques de son acte". Quel contraste avec la lettre de la Présidente de la Fédération à l'UNADFI, qui me parvenait le même jour, qualifiant mon écrit de "pamphlet" ! Ce que j'ai alors ressenti, c'est tout simplement de la tristesse morale pour cette personne qui avait été ma professeur à l'école S.W., puis à la formation à l'Institut, qui m'avait soutenu dans les moments difficiles de 2007 et dont je possède encore une chaleureuse carte de vœux de l'année 2008 signée de sa main et le petit mot gentil qu'elle m'envoya à cette occasion, accompagné de celui du directeur de l'Institut. Comment peut-on être à ce point divisée intérieurement au point de défendre mon témoignage en interne mais de me faire dans le même temps un procès public ?
Les débats sont à présent clos. L'avocat de la partie civile a terminé sa plaidoirie. Je ressens une profonde honte à l'égard de la stratégie d'insulte et de diabolisation de ma personne qui a été choisie pour tenter de me faire condamner. Voilà donc où ils en sont. Voilà ce dont ils sont capables. Comment après cela pourront-ils se regarder un jour sereinement dans une glace, à moins de ne pas vraiment se voir ? Et comment pourront-ils éviter maintenant d'être comparés à ceux avec qui précisément ils ne veulent pas être comparés, puisqu'ils emploient les mêmes méthodes qu'eux ? Quand à l'avocat, qui s'est fait le relais de cette tactique, il sait qu'il n'a rien à craindre : son immunité lui donne le droit de tout dire, de couvrir d'insultes et d'ignominies totalement injustifiées qui il veut au cours d'un procès sans avoir aucun compte à rendre à la loi. Son courage et le poids de ses paroles se mesurent donc ici au risque qu'il prend, c'est-à-dire aucun. Normalement, ce devrait être au tour de mon avocat de prendre la parole. Dans ce genre de procès, pour des affaires liées à la diffamation, il est en effet extrêmement rare que l'Avocat Général prenne la parole. On peut aussi l'appeler le Procureur de la République. Il représente ici l’État Français. Ce jour-là pourtant, coup de théâtre : il prend la parole au nom de la Justice française.

Plaidoirie de l'Avocat Général :

L'accusation se fonde sur une lecture du témoignage de Grégoire Perra visant à en isoler certains mots ou certains passages en les sortant de leur contexte. On ne saurait procéder ainsi ! Le Tribunal devra fonder son jugement sur une lecture exhaustive du texte incriminé.

Lorsque Jacques Guyard a été relaxé en 2000, ses accusations à l'égard de l'Anthroposophie et des Écoles S.W. étaient autrement plus graves que ceux de M. Perra aujourd'hui. Elles se présentaient comme des conclusions d'une enquête, tandis que l'écrit de M. Perra est incontestablement un témoignage, clairement identifiable comme émanant d'une opinion et d'un point de vue nécessairement subjectifs. On n'y trouve aucune trace d'animosité personnelle. Le témoignage étant signé, l'auteur n'a pas cherché à se dissimuler. L'accusation prétend que l'UNADFI aurait du publier également les témoignages positifs sur ces écoles si des anciens élèves satisfaits étaient venus les trouver : mais c'est là un déni du droit fondamental de tout journal à exprimer une opinion ! De plus, la publication d'un droit de réponse, où la Fédération avait le loisir de s'exprimer, ne lui a pas été refusé.

Sans doute les écoles S.W., en étant déboutées de leur plainte, pourront ainsi commencer à apprendre ce qu'est le droit à la contradiction !

17ème chambre
Il est 20h. Les rayons du soleil couchant traversent les vitres de la 17ème chambre correctionnelle de Paris et illuminent les boiseries de ce lieu solennel, au centre du prestigieux Palais de Justice de Paris, au cœur de la capitale du pays des libertés. D'une voix puissante qui évoque le rugissement d'un lion, mon avocat commence sa plaidoirie :

"Mesdames et Messieurs, nous avons eu aujourd’hui un SCOOP ! La Pédagogie S.W. est liée à l'Anthroposophie !!!!! Vous pourrez chercher partout, dans tous les articles élogieux publiés sur ces écoles, sur le site de la Fédération des Écoles S.W., vous ne trouverez jamais cette indication !!! Et aujourd’hui c'est Monsieur X., Secrétaire Général de la Fédération, qui nous l'apprend ! Je le cite :

"L'anthroposophie est la source dont s'inspire la pédagogie Steiner-Waldorf."

Incroyable ! Mais pourquoi ne le dites vous jamais ?! Pourquoi ne l'écrivez-vous pas ? Avez-vous honte de dire publiquement que votre pédagogie s'inspire d'une doctrine selon laquelle le Christ est tombé du Soleil ?! Tout ce qu'on demande, c'est le droit de pouvoir publier ce genre d'information. Parce que si un parent d'élève songe à scolariser ses enfants dans ce genre d'école, où trouvera-t-il l'information selon laquelle cette pédagogie est liée à une mystique qu'il faut bien qualifier de "fumeuse" ? Sur le site de la Fédération ? Non ! Dans un des nombreux article élogieux publié presque chaque semaine dans La Provence, toujours sous la plume du même journaliste ? Non plus. Mais maintenant il y a l'article de Grégoire Perra. On ne dit pas : c'est mal, il ne faut pas y aller. On émet une opinion qui n'est pas celui de la Fédération. Après, le parent est libre de son choix ! C'est ça le débat démocratique ! C'est ça le droit à l'information et à la contradiction ! Et si cette question d'éducation n'est pas un élément du débat public, alors nous n'avons plus qu'à ne plus parler que de la pluie et du beau temps. Là au moins on sera tous d'accord !

La Fédération reproche à l'UNADFI de ne pas avoir réalisé d'enquête sérieuse en amont de la publication de ce témoignage. Mais quelle enquête plus sérieuse pouvions-nous effectuer que celle de la Société Anthroposophique en France qui, dans son numéro des Nouvelles de la S.A.F. de juin-juillet 2010, a mis à disposition de ses membres l'article de Grégoire Perra intitulé "Le milieu anthroposophique : une animalisation de la vie de la pensée", dans lequel l'auteur développe exactement les idées sur les écoles S.W. qui seront les siennes dans son témoignage paru sur le site de l'UNADFI ???!! En réalité, l'enquête sérieuse, c'est la partie civile qui l'a elle-même effectuée et qui a validé publiquement les propos de Grégoire Perra ! Comment peut-on venir reprocher ensuite à l'UNADFI de publier des affirmations qui ont été auparavant présentées dans des organes de presse officiels de l'Anhroposophie ?! La Fédération n'a, à l'époque, pas porté plainte en diffamation contre la Société Anthroposophique que je sache ? Alors pourquoi le fait-elle lorsque les mêmes propos de M. Perra paraissent sur le site de l'UNADFI ?

J'avoue que cela m'a démangé de demander une condamnation de la Fédération pour procédure abusive. Mais soyons fair-play : vous allez être déboutés, et nous en resterons là.

Le procès est à présent terminé. Au-delà du comique de certaines situations, je suis saisi de stupéfaction et je m'interroge. Ne se rendent-ils pas compte qu'à chaque fois qu'ils ouvrent la bouche ou qu'ils font un pas dans la lumière, leurs contradictions internes et leurs querelles intestines leur explosent à la figure et sautent aux yeux de tous ? Qu'il aurait mieux valu pour eux rester tapis dans l'ombre ! Qu'il aurait été préférable pour eux de ne pas engager cette poursuite judiciaire aussi foireuse qu'immorale ! Mesurent-ils toutes les conséquences de leur acte ? Imaginent-ils celles qui se profilent ? Comment ont-ils pu être aussi mal conseillés ?! Comment ont-ils pu être aussi aveuglément confiants ?! Se rendent-ils compte que l'image qu'ils ont donné d'eux-mêmes est bien pire que ce que mon article dénonçait ? Savent-ils qui étaient présents ce jour-là dans l'assistance ?
Maintenant, certaines personnes vont devoir poursuivre leur chemin de vie avec les mensonges qu'on leur aura peut-être demandé de produire à la barre, et/ou dont elles se seront convaincues elles-mêmes pour servir la cause de ces écoles. Et ce poids sera lourd à porter ! Ne prennent-ils donc pas au sérieux la notion de karma, qui est pourtant le cœur de leur doctrine ?

No comments:

Post a Comment

You may ask, "where are all the 5=Star reviews?" Well, the problem with those reviews is that many tend not to be too honest. I have included 4-star reviews that appear honest. Often, gushing reviews are placed by teachers and administrators - as some comments here indicate. "This school educates the whole child!!!" - 5 stars - by Anonymous... I say baloney! Notice, many of the reviewers have been misled by Waldorf and are still buying the PR, even after having been disappointed. Feel free to comment but understand the intent of this blog. Comments are no longer moderated.